Live in Europe

Le dernier opus de

Melody Gardot

melody live in europe

Live in Europe – (Decca 602557 65488 2)  Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour

Live in Europe est le dernier opus de la blonde philadienne. Ce double CD ou triple vinyle comprend 15 titres que la chanteuse a délivré tout au long de sa déjà belle carrière à travers le vieux contient. L’album My One and Only Thrill constitue plus de la moitié du répertoire exposé avec 8 titres. The Absence et Currency of Man complètent le programme. Par contre Worrisome Heart et The Bedroom Sessions manquent à l’appel. Le premier morceau met tout de suite l’auditoire dans une atmosphère sensuelle qui sied à merveille au personnage avec la délicatesse de « Our Love Is Easy ».

Entame sensuelle et voluptueuse

Stefan Braun (cello) scande le rythme et Chuck Staab III (dm) se laisse dériver. Puis Melody bascule sur « Baby I’m a Fool », sa chanson fétiche, mixant sa voix dans les arpèges de la guitare de Mitchell Long. La grâce s’envole le long de l’archet de Braun tandis que les balais de Staab aèrent le propos. Après cette entame sensuelle et voluptueuse, Melody Gardot entre plus complètement dans l’univers de la note bleue (« The Rain »). L’introduction, évocatrice des ambiances de Charlie Haden, passée, Irwin Hall (s) prend sa respiration pour instiller son phrasé dans cet univers déstructuré que la chanteuse complète par les phrases de son piano. Le live permet ainsi de sortir du contexte habituel de l’album pour offrir une palette plus large et plus libre dans l’expression musicale. « Deep within the Corner » et« So Long » sont l’occasion d’un duo avec le violoncelle, pour plonger dans une atmosphère que l’américaine adore. Sa voix susurre les mots et donne ainsi une nouvelle vie à ce titre présent sur The Absence. C’est ensuite en trio qu’elle interprète « My One and Only Thrill », son plus grand succès avec toujours une progression dans la tension qu’elle donne à ses compositions. « Lisboa » est extraite de son concert donné à … Lisbonne. On l’entend échanger avec le public. Irwin Hall donne une couleur carioca au morceau et l’auditoire de reprendre en chœur la chanson qui lui est dédiée. Elle ponctue ce premier CD par un standard toujours en compagnie de Stefan Braun (« Over the Rainbow »). Cette chanson, qu’elle a maintes fois écoutée enfant, permet d’entendre le violoncelliste swinguer sur son instrument baroque.

Melody Gardot montre deux visages

La seconde galette débute par « Baby I’m Fool » avec deux guitares et la batterie. Il lui faut un peu de temps pour démarrer, puis au détour d’un cri elle se lance intrépide et démontre sa faconde à établir la relation avec le public. Elle enchaîne avec un hymne aux « Étoiles » joué de façon stride avec une guitare qui sonne comme un banjo et la trompette de Shareef Clayton. « Goodbye » sonne de façon fellinienne tandis que « March for Mingus », n’a plus rien à voir avec ce que l’on entend habituellement sur le disque. Sam Minaie (b) reçoit la lumière de Mingus par l’intermédiaire de Melody Gardot. Le feu explose avec la polyrythmie de Chuck Staab III, les sonorités cuivrées de Clayton et celles plus ouatées de Hall, pour délivrer un admirable hommage à Mister Mingus. Après cet échange paroxystique, le combo continue dans une veine soul-funk avec une voix qui évoque les shouters de Philly (« Bad News »). « Who Will Comfort Me » n’a rien de doucereux, mais correspond plus à un cri sauvage comme si Melody voulait extirper de son vécu les moments moins joyeux de son existence. Le cri primal qu’elle pousse en atteste et la musique se fait plus urbaine et acérée, comme si des steel-drums l’accompagnaient. La tension retombe enfin avec « Morning Sun ». Une célébration qui colle bien au personnage habitué à la méditation, comme le laissent sous-entendre les sonorités des cloches (tibétaines) et les langueurs de Devin Greenwood (org). Avec ce double album live, Melody Gardot montre deux visages de son expression. Une où les ambiances sensuelles et ouatées, qui ont forgé son aura et son succès auprès du public, prédominent et une autre où elle distille sa passion pour le jazz comme en témoigne ses collaborations avec Charlie Haden ou Till Bönner.

M.M.

Live in Europe

CD1 : Our Love Is Here to Stay – Baby I’m a Fool -The Rain – Deep Within the Corner of my Mind – So Long – My One and Only Thrill – Lisboa – Over the Rainbow

CD2 : Monologue (special spot) – Baby I’m a Fool – Les Étoiles – Monologue (Tchao baby) – March for Mingus – Bad News – Who Will Comfort Me – Morning Sun.

L’album est agrémenté de photos prises par madame Gardot au cours de ses tournées

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s