Catégories
chronique

CHRONIQUES ALBUMS

Sunset in the Blue Melody Gardot

Sunset in the Blue est sortie le 23 octobre dernier

C’est avec un immense plaisir que nous vous proposons cette chronique  de Sunset in The Blue le dernier album de Melody, la fille de Philly. Il y a cinq ans après un  concert donné à Erbalunga, la chanteuse nous faisait part de son désir de basculer vers un répertoire plus « bossa » dans l’esprit d’Antonio Carlos Jobim, Joao Gilberto et bien sûr Astrud Gilberto. L’année suivante, Melody était en vacances en Corse pour travailler ce projet avec Pierre Aderne. Est-ce les décors de l’île (« Thanks for all the beauty you showed me on the island and for the opportunity to fall in love with this place », nous disait-elle), l’ambiance d’un groupe ou son  âme d’artiste altruiste ? Quoiqu’il en soit  le contenu du matériau exposé était déjà prégnant.

Melody Gardot entre Bastia et Saint Florent

Aujourd’hui, l’album est enfin sorti. Il comporte 13 titres (hors bonus) dont près de la moitié ont bénéficié des ondes et de la lumière particulière de l’île de beauté. « If You Love Me » qui à l’origine se nommait « Let Me Show You Where You Go » pose l’esprit des sentiments que Melody souhaite partager avec son public. Les cordes du Royal Philarmonic Orchestra sont comme des vagues qui viennent déposer leur émotion sur la grève des mots de Gardot. La chaude trompette de Till Brönner évoque le soleil au couchant quand sur la montagne qui domine Bastia, Melody s’extasiait des couleurs qui pénétraient son regard. Enchainer avec « C’est magnifique » ce commencement est totalement dans l’esprit voulu par l’artiste.

Le bleu la couleur de son nouvel opus

Un moment de beauté porté par la voix lancinante de Melody. La teneur est dans la  sensualité que la chanteuse évoquait aux origines du projet. Petit  bémol tout de même avec la voix d’Antonio Zambujo, trop rustique, qui dénote dans l’ensemble et ne parvient pas à faire oublier l’émotion de celle délivrée par Pierre Aderne. « La Onda ela Mora em Mim » devient ici  « There Were He Lives in Me ». La chanteuse s’est totalement réappropriée ce titre pour en faire un des cinq joyaux de la couronne de Sunset…Avec cette chanson, l’auditeur peut laisser libre cour à son imagination et voguer dans l’univers ouaté proposé par Melody Gardot.

« C’est magnifique » un clin d’oeil à l’immensité bleue qui berce des paysages de rêve

Nous continuons de caboter sur cet album dont la gestation a été d’au moins cinq années et redécouvrons « From Paris with Love » qui à  l’origine était un peu plus enlevé que la version figée sur la cire du vinyle que nous nous sommes procurés pour conserver un souvenir physique de cette belle production. « From Paris… » a été utilisé comme teaser pour cet opus en plein confinement. Melody demandait à l’époque à ses « suiveurs » d’envoyer un selfie  avec inscrit « From votre – votre ville- with Love ».  Avec la pandémie le titre a aussi  perdu aussi  ses connotations orientales.

From Paris with Love et la participation des fans

« Avé Maria » au départ juste « Avé » en l’honneur de la déesse des mers et « I Fall in Love to Easily » un titre qui lui colle tellement à la peau, expriment tout à fait l’attachante personnalité de l’artiste. Sous la direction de Vince Mendoza ce bijou d’album bénéfice d’un écrin haut de gamme. « Love Song » garde le cap (Corse) défendu par la créatrice de « Baby I’m a Fool ». La sensualité est poussée à son paroxysme et la voix se fait plus sûre, plus affirmative. Ici Melody ne cherche pas l’évasion mais revient à ses passions.  Prend une autre allure et délivre un scatt, qui n’en est pas forcément un, dont elle a le secret. « Sunset in the Blue » est le titre le plus renversant de ce programme. On voudrait que cette chanson soit sans fin tellement elle est belle. Pourquoi l’a-t-elle écrite ? Un message fort pour un être qui n’a pas compris qui elle était ? Un besoin d’oublier ce qu’elle n’a pas vu venir.

Melody Gardot à Erbalunga en 2015

 En tout cas c’est une chanson qui sort de son cœur, de son émoi profond. Le tout magnifié par les cordes et surtout les notes d’Anthony Wilson (g) et les petits coups de balais de Vinnie Colaiuta (dm). Sa passion pour le Brésil se dévoile ici encore avec « Um Beijo »  tendre à souhait et « Ninguém Ninguém ». Enfin, avec « Moon River » Melody aborde un standard comme elle en a le secret, tou en finesse, même si « I Fall in Love to Easily » lui colle bien mieux à la peau. Un nouveau beau don de soi que vient de faire Melody Gardot à travers ce nouveau disque dont la couverture devrait plaire à certains grincheux. Pour mémoire la celle du « Live in Europe », avait été critiquée (nue de dos guitare à la main sur la scène de l’Olympia) et dans la foulée ses qualités artistiques. Alors doit on mettre Melody dans une case pour la définir comme chanteuse de jazz ou de non jazz. Et si on retenait seulement le bonheur qu’elle nous donne à travers sa voix, ses mots sa musicalité et ses idées. Duke Ellington avait cette phrase : « Il n’existe que deux sortes de musique : la bonne et la mauvaise ». Avec Sunset… on est totalement dans le premier registre.

M.M.

L’esprit de Melody Gardot se retrouve pleinement dans cette photo

Plus d’infos

Son site officiel : https://melodygardot.co.uk/#?secret=EQI9pnRZA4

Celui de Gérard Drouot Productions : https://www.gdp.fr/artistes/melody-gardot/

UN APERCU DE SA DISCOGRAPHIE

RETROUVEZ LA CHRONIQUE DE LIVE IN EUROPE ICI

https://rythmncorsica.com/2018/12/06/chronique-cd-melody-gardot/

Life Goes On by Carla Bley

Life Goes On Life Goes On, Life Goes On On, Life Goes On And On, Life Goes On And Then One Day, Beautiful Telephones (part 1), Beautiful Telephones (part 2), Beautiful Telephones (part 3),Copycat After You, Copycut Follow The Leader, Copycut Copycat

Carla Bley (p), Andy Sheppard (s), Steve Swallow (b)

Carla Bley est une habituée du format en trio. Au cours de sa longue et brillante carrière, marquée par de nombreux joyaux (Escalator  over the Hill, Duets, The Very Big Carla Bley Band), elle a enregistré plusieurs opus dans ce format (Songs with Legs, Trios). Pour Life Goes elle opte à nouveau pour  le trio. Ce nouvel album  s’articule autour de trois thèmes majeurs déclinés en trois ou quatre parties. D’emblée la pianiste prend les choses en main.   Elle montre la voie à emprunter pour exprimer ce « Life Goes On, Life Goes On ». Ses sonorités sur le clavier semblent puiser aux tréfonds de la substance qui constitue l’ADN de Carla Bley. Les notes qui impulsent ce premier thème ont tout de la racine d’un arbre bien en terre. Quand la basse de Steve Swallow intervient, le tronc de la mélodie apparait et c’est Sheppard qui orne le tout,  tel le feuillage d’un chêne centenaire. Le blues qui sied à ce premier titre apaise les pensées. La conjonction des notes graves jouées sur les touches en ivoire et les pincements de cordes sur la basse donne une saveur suave aux propos avant que n’intervienne le saxo. Ce mode opératoire se reproduit sur le  thème suivant, mais le background blues cède la place à une atmosphère plus vivifiante, plus ECM. La 3e déclinaison de ce Life Goes On dénommée ici « Life Goes On and On », se muscle façon bop. La rythmique  chaloupe avantageusement pour laisser s’envoler les nuées de notes de Sheppard (s). 

La mélodie nous emmène vers des univers d’ailleurs

L’intensité diminue sur le quatrième et dernier « mouvement » de cette composition.  Le groupe enchaîne par une session en trois parties nommée « Beautiful Telephones ». La construction de ce thème puise aux mêmes références que le précédent. Le piano introduit le propos, légèrement soutenu par les notes aigües de la basse. Cet enchevêtrement de notes se poursuit tout au long de ce titre, pour délivrer une émotion des plus captivante. Sur la deuxième partie, Sheppard vient placer des notes d’une rondeur ouatée pour rester dans la thématique développée précédemment. Les notes ciselées de Carla Bley créent une dichotomie d’une certaine magie. La composition se termine par une présence marquée  de la basse de Swallow qui apporte une rondeur de son que le piano transgresse par une mélodie fraiche. Enfin « Copy Cut » se décline lui aussi en trois épisodes et cette fois-ci c’est le saxophone qui ouvre et entremêle ses notes avec celles du piano. Comme en apesanteur, la mélodie nous emmène vers des univers d’ailleurs, à la fois planants et apaisants. Le deuxième instant prend de l’ampleur se fait plus festif. « Copycut Copycat » semble vouloir nous dire adieu pour ce bon moment passé en compagnie d’un trio d’une créativité infinie. Après avoir échangé quelques propos, chacun exprime ses sensations pour tirer sa révérence. À ce jeu là, c’est Carla Bley qui se fait le mieux remarquer, avec toujours un phrasé d’une qualité limpide et balancée. Le trio se met à l’unisson pour s’en aller et démontre que Carla Bley reste incontournable dans un univers autant  éthéré.

Michel Maestracci

Écouter le 1e morceau ici

Swallow Tales by John Scofield

She Was Young, Falling Grace, Portsmouth Figurations,  Awfull Coffee,  Eiderdown, Hullo Bolinas, Away, In F, Radio

John Scofield (g), Steve Swallow (b), Bill Stewart (dm)

Après Combo 66, qui fêtait le 66e anniversaire du guitariste de Dayton, en compagnie d’un combo composé de Gérald Clayton (p) et Vicente Archer (b), John Scofield continue d’enrichir sa discographie.  Pour son  premier opus chez ECM, Sco joue la fidélité et pour cause. Le titre ne prête aucune équivoque.  Il remercie Steve Swallow avec qui il chemine depuis ses débuts.  Les morceaux au menu de Tales… parcourent la carrière du bassiste (1967 à 2009), évoquent ses multiples collaborations  (Gary Burton, Lee Konitz, Carla Bley), et mettent en lumière la guitare, elle de Pat Metheny ou la sienne puisqu’il reprend « Away » présent sur Quiet (1996).  

Au bout du compte John Scofield délivre des moments de majesté. L’entame de l’album est à savourer avec élégance (« She Was Young »). Bill Stewart sur les toms éclaire le propos d’une profondeur ouatée.  Swallow adoucit de ses mots le contenu perçu.  Le phrasé si particulier de Sco transparait sur « Falling in Grace ». Ses sautillements donnent une dynamique au morceau, malgré des accords plaqués remplis de voicing. Puis, le trio se déchaine sur les envolées du leader avec un batteur qui jongle sur ses fûts («Portsmouth Figurations»). « Awfull Coffee », un des titres favoris du guitariste, permet d’apprécier sa sensibilité. La délicatesse du propos se manifeste dans les notes aigües sorties du manche  et les frappes ténues de Stewart sur ses fûts. Moment magique avec « Away » joué simplement qui met bien en avant le jeu du leader. Il expose le titre dans un format beaucoup plus réduit que sur l’album Quiet, où il bénéficiait de sacrés  soufflants (Wayne Shorter, Randy Brecker, Howard Johnson). Enfin, avec « In F » et « Radio » l’artiste nous livre le sentiment qu’il souhaite continuer de nous balader dans ses univers. Son magique phrasé semble nous indiquer la voie de son prochain opus, chez ECM encore, qui sait ?

Michel Maestracci

Catégories
rencontre

ROY HARGROVE by Luciano Rossetti

Merci à Luciano Rossetti (Phocus Agency) pour sa contribution.

Grazie Mille Luciano … Roy s’en est allé là-haut.

Catégories
Story

ROY HARGROVE

Remember Roy

Il s’appelait le petit prince de la trompette un enfant du « Prince des ténèbres *» sans doute ! Il nous a quitté, le 2 novembre,  il y a tout juste six mois emporté par la maladie. Mais ce qu’on retiendra de lui c’est sa totale humilité.

Roy Live

https://www.youtube.com/watch?v=CQ6dbUmU__o

Cet artiste était toujours partant pour jouer avec les fans de sa musique, les amoureux du jazz. Tel un érudit discutant au café du commerce avec le peuple,  il n’hésitait pas à extraire sa trompette de son étui pour partager son amour avec des musiciens amateurs aussi. Petite parenthèse, c’est à ces actes la qu’on peut faire le distinguo entre les grands (artistes) et les petits, ceux qui pensent avoir atteint le sommet et ne considère pas l’autre comme digne de les accompagner. La parenthèse étant fermé je vous transmets le souvenir de Roy.

Théâtre de Bastia – 2007 (Photo Michel Maestracci)

« Si c’est ça le jazz alors je suis preneur »

La première rencontre avec le trompettiste s’est déroulée à Fano, sur la côte adriatique italienne pour le festival Fano Jazz by the Sea en 2004. Dans l’antique cité il se produisait à la tête du RH Factor avec Reggie Washington (b), Bobby Sparks (org) Renée Neufville (voc), Keith Anderson (s) pour un show funk au groove profond. Le trompettiste revenait aux sources de la musique afro-américaine avec Hard Groove. On retrouvait dans son expression sa propension à faire swinguer son propos. Ceci après une période classique discographique faite de standards (Approching Standards), de clins d’œil à la musique latine (Habana) ou encore du magnifique Moment to Moment agrémenté de cordes. Ce qui fera dire à un ami féru de rock qui avait assisté à son concert bastiais (2007) « Si c’est ça le jazz alors suis preneur ».

Théâtre de Bastia – 2007 (Photo Michel Maestracci)

À la contrebasse pour permettre à un musicien local de jouer

Arrivé la veille de son concert à Bastia, Roy passât l’après-midi du samedi après midi pour se faire dyaliser. Acclamé par les autres patients il quittait l’établissement de santé après avoir signé des autographes et invité ses compères d’un moment à assister à son concert du soir. Et le spectacle fût de toute beauté avec un pianiste et un alter saxo complice. Après le concert, Roy ne s’est pas fait prier pour participer à la jam-session organisée pour l’occasion se mettant même à la basse pour permettre à un musicien local de jouer de la trompette.

À la contrebasse au café de la paix -Bastia 2007 – (photo Gérard Mussier)

Avec Roy Hargrove on était loin de l’image que certains médias voulaient donner à la musique du XXe siècle : une musique intellectuelle, froide et sans émotion.

Discographie :

Au cours de sa carrière, Roy Hargrove  a joué avec Ricky Ford (Hard Groovin’-1989) présent à Bastia en 2003, Jackie Mc Lean (Rhythm of the Earth -1992), Steve Coleman and the Five Elements (The Tao of Mad Phat – ), Slide Hampton (Dedicated to Diz-1993), Johnny Griffin (Chicago, New York, Paris -1994), Abbey Lincoln (A Turtle’s Dream – 1994), Shirley Horn (The Main Ingredient -1995), Barbara Dennerlein ( Take Off!! – 1995), Jimmy Smith (Damn – 1995 et Angel Eyes – 1996), Natalie Cole (Ask a Woman Who Knows -2002), John Mayer (Heavier Things -2002, Continuum -2006), Mario Canonge (Rhizome-2004), Linda Rondstat, Hummin’ to Myself -2004), Rod Stewart (The Great American Songbook – 2005), Mike Stern (Who Lets the Cats Out -2005), Jimmy Cobb (Cobb’s Corner -2007), Roberta Gambarini, normal pour la femme de Larry Clothier son agent (So in Love -2009) et beaucoup d’autres encore.

Jam-Session au café de La Paix avec Amadeus Chiodi (as)

Hommage à Charlie Parker

C’est dire son attraction pour de multiples artistes. Pour ce qui est de sa discographie Roy a sorti une quinzaine d’albums, le premier Diamond in the Rough , en compagnie de Scott Colley (b), Al Foster (dm), Antonio Hart au sax le tout dans un registre très bop avant d’enchaîner sur Public Eye  avec Antonio Hart (s), Billy Higgins (dm) et Chris Mc Bride (b) puis The Vibe avec Jack McDuff (org), Branford Marsalis(s), With the Tenors of our Time avec Stanley Turrentine (s), Joe Henderson (s) ,Johnny Griffin (s), Branford Marsalis (s) et Steve Coleman (s) soit deux générations de ténors.

Roy au chant (Photo Luciano Rossetti by courtesy ©)

En trio avec Chris McBride (b) et Stephen Scott (p) pour rendre hommage à Charlie Parker sur Parker’s Mood. Avec Habana il intègre le latin jazz à son répertoire puis il sort le sublime Moment to Moment avant d’aborder sa période funk avec le RH Factor. Puis de revenir à son jazz straight avec ses deux derniers albums studio. Le reste de sa carrière se poursuivra au gré des concerts et des collaborations puis plus rien. Le mal agissant pour l’empêcher de s’exprimer pleinement. Il reste malgré tout un album tout simplement magique : Direction in MusicLive at Massey Hall du trio Herbie Hancock-Mickael Brecker et Roy Hargrove, avec Brian Blade (dm) et John Patitucci(b)  pour célébrer les 75 ans du duo Miles Trane, c’était le 25 octobre 2001.

Bientôt une galerie photo dédiée à Roy Hargrove

  • Le prince des ténèbres alias Miles Davis
Good bye Roy….